• Emprunt immobilier, construction
  • Retraite et assurance
  • Guides, conseils financements immobilier
  • Préparer votre avenir : emprunts, retraites, biens
  • Que pouvez vous emprunter pour vos projets ?
  • Rachat de crédit et financement
Actualités
> banque

Les recours aux médiateurs bancaires en hausse

Deux rapports viennent d’être établis sur l'activité de la médiation bancaire en 2011. Un par la FBF et l'autre par la Banque de France. Analyses avec Emprunt-Et-Crédit.

Le premier rapport émanant de la FBF (Fédération des Banques Françaises) concerne les courriers qui lui ont été adressés directement. Le second rapport, établi par la Banque de France porte quant à lui sur l’ensemble des saisines reçues dans l’année par les banques françaises.

Nous vous proposons une rapide analyse du rapport de la FBF, plus exploitable que celui, très dense et très argumenté de la Banque de France.

Données chiffrées

En 2011, 1816 courriers ont été reçus par la Fédération des Banques Françaises, soit une progression de 40% par rapport à 2010 et ont été traités comme suit :

  • 550 ont été jugés non recevables car destinés à d’autres services de médiation (assurance, AMF…)
  • 77 ont été classés sans suite car ne mentionnaient pas le nom de la banque
  • 345 ne faisaient pas l’objet d’un litige
  • 838 ont été invités à exploiter tous les recours amiables possibles avec la banque en question
  • 6 ayant fait l’objet d’une médiation explicite.

Il est à noter que près de 90% des dossiers ont été transmis en 2011 directement par les particuliers eux-mêmes, ce qui laisse supposer que les associations de consommateur ne semblent donc pas sollicitées pour les litiges bancaires.

Objet et montant des litiges bancaires

Le principal motif d’insatisfaction concerne les opérations de crédit qui ont motivées 23% des courriers transmis aux médiateurs. Suivent des problèmes liés au fonctionnement du compte (21%). Ces chiffres sont d’ailleurs très proches du bilan global de la Banque de France.

Enfin, la tarification des services bancaires représente 12% des motifs de réclamation, malgré une réglementation stricte et une plus grande transparence en matière d’informations de la part des banques.

Un peu plus d’un dossier sur deux met en jeu un montant supérieur à 500 euros. L’aspect financier n’est pas toujours le principal moteur d’insatisfaction puisque 22% des demandes ne mettent aucune somme en jeu.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à en parler sur les réseaux sociaux

Réseaux sociaux


Baromètre des taux

Taux fixes immobiliers 23/10/17

7 ans 1.95%
10 ans 2.35%
15 ans 2.60%
20 ans 2.90%
25 ans 3.15%
30 ans 3.65%