• Emprunt immobilier, construction
  • Retraite et assurance
  • Guides, conseils financements immobilier
  • Préparer votre avenir : emprunts, retraites, biens
  • Que pouvez vous emprunter pour vos projets ?
  • Rachat de crédit et financement
Actualités
> Crédit

Emprunter à deux : ce qu’il faut savoir avant de s’engager

Le statut de co-emprunteur implique un engagement solidaire entre les souscripteurs. Tous les conseils utiles et une analyse complète à lire avant de s’engager.

Co emprunteur d'un pret immobilier

Définition

On parle de co-emprunteur dans un crédit immobilier lorsque deux ou plusieurs personnes souscrivent le prêt en commun. Le niveau de l’engagement de chacun dépend de la quotité choisie et doit-être précisé dans l’offre de prêt.

Notions de co emprunteur et co acquéreur

Emprunter en commun ne donne aucun droit de propriété sur le bien immobilier financé. Pour exercer ce droit en qualité de co-acquéreur, il est nécessaire de figurer sur l’acte de vente. Cette situation ne vaut pas pour les couples mariés qui, notamment lorsqu’ils sont sous le régime de la communauté de biens, deviennent propriétaires ensemble de tous les biens qu’ils acquièrent pendant le mariage.

En revanche, si vous achetez en concubinage, il est nécessaire que votre nom figure dans l’ensemble des documents d’achat, à la fois dans l’avant-contrat -le compromis de vente par exemple- et dans l’acte authentique.

Les emprunteurs sont solidaires entre eux

Etre co-emprunteur d’un crédit immobilier est une décision qui peut être lourde de conséquence car chaque personne figurant dans le contrat de prêt est solidaire à hauteur de la somme empruntée.

Ainsi, si le couple cesse de payer les mensualités, la banque pourra exiger de ’un ou l’autre qu’il honore les échéances. Chacun s’expose donc à des poursuites en cas de non-respect des engagements.

Les personnes pacsées sont, tout comme les couples mariés sous le régime de la communauté, solidaires entre elles de l'ensemble des dettes souscrites par l'un ou l'autre, contrairement aux concubins, et ce même sans avoir le statut de co-emprunteur dans l'offre préalable.

Notre conseil: si vous ne souhaitez pas être solidaire des éventuels impayés de votre ami(e), la solution consiste à souscrire un prêt chacun séparément pour la somme correspondant à la quotité souhaitée.

L’analyse de risque

L’achat dun bien immobilier par plusieurs emprunteurs ne change pas la nature de l’analyse de risque par la banque. Cette dernière sera amener à vérifier les relevés de compte de chacun et devra calculer l'endettement global du couple.

Comment faire cesser l’engagement ?

Pour faire cesser l’engagement vous devrez obtenir l’accord de votre banque. Cette demande est notamment formulée lorsque le coupe se sépare. Deux solutions s’offrent alors à vous :

  1. La première possibilité consiste à revendre le bien et à solder la dette.
  2. La seconde à effectuer un rachat de soulte, c'est-à-dire à racheter la part du conjoint.

l’assurance co-emprunteur

Lorsqu’un couple souscrit un prêt immobilier, chacun d’eux doit pouvoir justifier d’une couverture d’assurance-crédit. La couverture minimum doit être de 100% du capital emprunté, les co-emprunteurs choisissant librement leur quotité à condition de respecter l’apport de chacun en termes de revenus professionnels.

Ainsi, si l’un des membres du couple concoure à hauteur des deux tiers des revenus totaux, il sera judicieux de choisir une quotité de 70% pour l’un et 30% pour l’autre. Toutefois, rien ne vous empêche de mieux vous assurer et d'opter pour une quotité supérieure.

A lire également

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à en parler sur les réseaux sociaux