• Emprunt immobilier, construction
  • Retraite et assurance
  • Guides, conseils financements immobilier
  • Préparer votre avenir : emprunts, retraites, biens
  • Que pouvez vous emprunter pour vos projets ?
  • Rachat de crédit et financement
Credit » Rachat

Les pièges de la restructuration de prêts

Qu'est-ce qu'une opération de restructuration ?

Définition

La restructuration de dettes ou rachat de crédits est une opération financière qui a pour objectif de regrouper plusieurs emprunts, de durées et de taux différents, en une seule et même opération, dans le but d’obtenir une mensualité moins élevée, mais sur une durée de remboursement plus longue.

Les dettes qui peuvent être regroupées

Il est possible d’intégrer tous les prêts en cours, quelle que soit leur nature :

  • Un crédit à la consommation
  • Une réserve d'argent
  • Un emprunt immobilier
  • Un découvert bancaire
  • Des factures impayées
  • Des impôts non réglés
  • Des dettes personnelles

Trouver une solution par soi-même

Lorsque l’on pense à faire racheter ses dettes, c’est généralement que l’on ne peut plus faire face à ses échéances et que son endettement est très largement supérieur à 33% de ses revenus. Quelle que soit l’urgence de la situation, nous vous conseillons de ne recourir à la restructuration qu’en dernier recours. La première démarche consiste à chercher des solutions par soi-même.

3 étapes à suivre pas à pas

regrouper toutes ses dettes en un seul emprunt

Faire une coupe franche dans certaines de ses dépenses mensuelles.

Dressez la liste des prélèvements mensuels qui grèvent votre budget et éliminez ceux qui peuvent être arrêtés : un abonnement à un bouquet de chaines payantes, un forfait téléphonique trop élevé et trop souvent dépassé. Optez si possible pour un petit forfait bloqué. Repérez parmi vos crédits en cours, ceux dont qui se terminent prochainement et essayez d'obtenir un découvert bancaire ou un prêt familial pour les solder. Le remboursement d’un découvert ou d’un prêt familial présente souvent l’avantage de bénéficier de souplesse en termes de remboursement.

Renégocier l'échelonnement de chaque dette

Si une restriction de vos dépenses n'est pas suffisante, tâchez de négocier directement l'échelonnement de vos dettes avec chaque créancier. Contrairement à une idée reçue, sachez qu'il est souvent possible d'obtenir un étalement. C’est le cas par exemple avec l’administration fiscale qui se montre bien plus conciliante qu’on le croit. Si vous avez un prêt immobilier, vérifiez dans l’offre préalable si vous bénéficiez des options de modularité qui permettent de diminuer les mensualités jusqu’à 30% voire de les suspendre pendant un an.

Sachez par ailleurs que les organismes de crédit préfèrent étaler la dette plutôt que d’avoir à faire à la commission de surendettement de la Banque de France. C’est sans doute le cas de commerçants à qui vous devez de l’argent et qui apprécient plus une démarche directe de leurs débiteurs plutôt que de recevoir un courrier de la commission les informant de vos difficultés financières.

Enfin, il est recommandé de présenter un calendrier raisonnable et surtout précis. Ne semez pas le doute dans l’esprit de vos créanciers en proposant de régler dans l’année ou les mois qui viennent ou encore pire lorsque votre situation se sera améliorée. Faites vos propositions par écrit en vous engageant à respecter les échéances.

Monter un dossier de surendettement

S'adresser a la commission de surendettement

Si vos tentatives n’ont rien donné et avant d’envisager de rencontrer des banques pour faire racheter vos prêts, nous vous conseillons de monter un dossier de surendettement. Cette démarche est entièrement gratuite, la commission chargée d’étudier votre dossier s’évertuant avant tout à vous aider.

Si votre demande est jugée recevable, celle-ci entrera en contact avec tous vos créanciers : banques, établissements spécialisés, fournisseurs, administrations... Elle proposera un règlement amiable de votre situation et un étalement de vos dettes. Il est fortement conseiller de prouver à la commission que vous prêt à faire des efforts.

Il est donc indispensable, dès lors que le dossier a été déposé, de stopper toute dépense qui ne serait pas indispensable. Sachez par ailleurs que votre demande a pour effet immédiat de vous ficher au FICP (fichier des incidents de remboursement des crédits au particulier). Votre banque en aura immédiatement connaissance avant même que la commission se détermine sur votre dossier.

Si votre situation est telle qu’elle ne permet aucune solution, la commission pourra envisager une procédure de redressement. Si vous disposez de quelques biens (en dehors de ce qui est nécessaire à la vie courante ou à l’exercice de votre profession), une décision du tribunal pourra décider de leur vente forcée.

Attention : les dettes concernées par la procédure ne doivent pas avoir d’origines professionnelles.

Renégocier : mode d’emploi

Nous ne saurons trop vous conseiller de vous montrer extrêmement prudent si vous devez faire racheter vos crédits par un organisme spécialisé. Il est d’ailleurs fort possible que vous rencontriez un intermédiaire en opérations bancaires (courtier)

Faire jouer la concurrence

N’hésitez pas à rencontrer plusieurs courtiers et pensez à demander le montant de leurs honoraires. Bâtissez plusieurs scénarios de remboursement sur plusieurs durées. Refusez toute proposition qui consiste à "grossir" le montant du nouvel emprunt dans le but de dégager une capacité d’épargne. Les intermédiaires qui proposent ce genre de solution portent une double casquette et cherchent à vous "vendre" une opération d’épargne, le plus souvent dans le cadre de l’assurance-vie. Ne vous éloignez pas de votre objectif qui consiste à réduire vos charges et à améliorer votre budget.

Vous pouvez éventuellement prévoir un capital supplémentaire pour vous constituer une trésorerie d’avance, mais le plus important est de réduire votre dette globale.

Attention aux taux révisables

Certains organismes spécialisés en rachat de crédits proposent des formules sur la base d’un taux variable. Ces solutions sont dangereuses et risquent de se retourner contre vous. Les seules solutions qui méritent votre attention doivent être basés soit sur un taux fixe soit sur un taux révisable capé +1, c'est-à-dire dont la hausse éventuelle est plafonnée à un point au dessus du taux de départ.

Articles complémentaires qui devraient vous interesser

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à en parler sur les réseaux sociaux

pret immo
FAQ
Simulateurs
En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus