• Emprunt immobilier, construction
  • Retraite et assurance
  • Guides, conseils financements immobilier
  • Préparer votre avenir : emprunts, retraites, biens
  • Que pouvez vous emprunter pour vos projets ?
  • Rachat de crédit et financement
Credit » Le microcredit

Le microcrédit contre l’exclusion bancaire

Définition

L’activité de microcrédit s’intègre dans le cadre plus large de la microfinance qui comporte d’autres services financiers comme l’assurance ou l’épargne. Elle permet à une population exclue du système bancaire de bénéficier de prêts de montants généralement faibles.

Outre les opérations destinées à financer la création d’entreprise, le microcrédit social comme le propose la Croix-Rouge sert essentiellement à aider des personnes en situation de grande précarité.

Les raisons de l’exclusion bancaire

Si de nombreux micro-entrepreneurs rencontrent des difficultés pour financer leur activité professionnelle auprès du réseau bancaire traditionnel et se heurtent trop souvent à des refus de financement, c’est d’abord parce que ce dernier estime que le risque est trop important.

La banque considère d’une part que les aléas professionnels sont plus importants pour une nouvelle entreprise et d’autre part, qu’au stage de démarrage, elle manque de visibilité sur la pérennité de l’activité.

Faire une demande de microcredit en ligne

Cette situation est encore plus flagrante dans les pays pauvres où les moyens de contrôle sont parfois inexistants et il n’existe souvent aucun registre comptable pour permettre d’apprécier le risque.

Historique

Pour ceux qui ne connaissent pas les origines du microcrédit, l’histoire de MUHAMMAD YUNNUS mérite d'être racontée. Dans les années soixante, ce jeune pakistanais étudie aux Etats-Unis. Rentré au Bangladesh en 1972, il enseigne tout d’abord l’économie dans une université du pays.

C’est alors qu’il aurait rencontré une femme dont l’activité consistait à fabriquer des chaises en bambou. Celle-ci était contrainte chaque jour d’emprunter à un usurier la somme nécessaire pour acheter la matière première dont elle avait besoin. Les chaises étaient alors revendues à son prêteur pour un bénéfice d’à peine deux centimes par jour. Muhammad Yunnus prend alors conscience que toute l’économie du village vit de cette manière.

Il décide alors de prêter à toutes les femmes du village la somme nécessaire, sans intérêt. Le résultat ne se fait pas attendre. Le bénéfice journalier leur permet enfin de vivre dignement. Grâce d'une part à l'économie réalisée sur les intérêts qu’elles n’ont plus à verser à leur prêteur, mais surtout parce qu’elles sont libres de vendre leur production sur les marchés à un prix plus avantageux qu’elles ne le vendaient à l’usurier. Le microcrédit était né.

Associations de microcredit

La Grameen Bank

En 1977, avec l’aide d’un ami banquier et de ses étudiants. MUHAMMD YUNNUS décide alors de créer une banque dans son village. La Grameen Bank s’étendra bientôt à toute la région puis au pays tout entier. Aujourd’hui elle a 7 millions de clients, emploie 24 000 personnes et son modèle s’est étendu à tous les pays émergents de la planète.

En mai 2011, Muhammad Yunnus, âgé de 70 ans et en conflit avec le gouvernement du Bangladesh qui détient 25% des parts de la banque, se voit contraint de démissionner.

Les Nations Unis ont déclaré 2005 année internationale du microcrédit, prouvant par là même que l’activité s’impose désormais comme un instrument de lutte contre les exclusions.

Montant faible de pret professionnel

Le rôle des associations

Les associations de microcrédit sont au cœur du système. Ce sont le plus souvent des organisations non gouvernementales (ONG) qui s’appuient sur des partenariats avec le réseau bancaire traditionnel, mais aussi les pouvoirs publics à travers l’Etat et les collectivités locales.

Les banques bénéficient ainsi d’un réseau d’analyse et de suivi des demandes de prêt qui leur permettent de réaliser des économies non négligeables et de mieux appréhender le risque encouru.

A ce jour, il y aurait environ 10 000 institutions servant 120 millions de clients à travers le monde. En France, le nombre et l’importance des associations qui interviennent dans ce type de financement prouvent combien cette activité est dynamique, mais aussi qu’elle a enfin trouvé ses repères sociaux et économiques.

L’ADIE

Maria NOWAK qui est à l’origine du micro-crédit en France a fondé l’ADIE en 1989. L’association traite aujourd’hui entre 10 000 et 13 000 dossiers par an à travers 130 agences. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 2005 et apporte son aide aux micro-entrepreneurs exclus du réseau bancaire traditionnel.

Mais le travail des 450 salariés de l’association et des 1700 bénévoles ne se limite pas à analyser le dossier et à le transmettre à la banque. Il consiste aussi à apporter des conseils et à suivre les micro-entrepreneurs. Ce rôle est essentiel pour donner un maximum de chance à la réussite des projets. Elle fait partie du Réseau Européen de Microfinance.

France Active

Créée il y a un peu plus de vingt ans, l’association France Active est présidée par Christian SAUTTER. Elle intervient auprès de personnes en difficultés, désireuses de créer leur propre activité et habituellement exclues du réseau bancaire.

Mais, comme l’ADIE, son rôle ne se borne pas à transmettre les dossiers de prêt. Elle propose un accompagnement et un suivi capables de donner toutes les chances au projet de l’entrepreneur.Elle exerce à travers un réseau étoffé d’une quarantaine de " fonds territoriaux " avec 500 conseillers salariés et plus de 2000 bénévoles. Elle bénéficie du soutien de l’Etat et des collectivités locales, mais aussi de la Caisse de Dépôts et Consignations.

Accompagnement tout au long du dossier

La Nef

Crée en 1988, la Nef se présente comme une coopérative de finances solidaires. Elle développe également une activité d’épargne solidaire et bénéficie de l’agrément de la Banque de France qui lui permet d’octroyer directement des prêts à des micro-entrepreneurs et à des associations.Fort de ses 31 000 sociétaires, la Nef joue un rôle important dans la microfinance en France. Elle fait partie de la Fédération Européennes de Finances et Banques Ethiques et Alternatives et participe à la mise en place d’une Banque éthique à l’échelon européen.

France Initiative

L’association France Initiative est présente dans toute la France à travers 230 structures. Fort d’un réseau de bénévoles très important (plus de 14 000), elle apporte son expertise et son soutien aux créateurs d’entreprises exclus du système bancaire. Présidée par Louis SCHWEITZER, elle a noué des partenariats forts avec les collectivités locales. Chaque plateforme locale bénéficie d’une véritable indépendance et est fédérée au sein de l’association.

Certains organismes comme la Croix-Rouge proposent un microcrédit social, c’est-à-dire un prêt personnel, d’un montant pouvant aller jusqu’à 3000 euros. Il est destiné principalement à aider les personnes en situation de grande précarité.

Articles qui devraient vous intéresser

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à en parler sur les réseaux sociaux

FAQ
Simulateurs
En poursuivant votre visite, vous acceptez l’utilisation des cookies pour que nous puissions vous proposer une navigation personnalisée et des services fonctionnels.
En savoir plus